Leral.net

« Ce que nous attendons du juge dans un contexte où le peuple sénégalais semble être perdu », Par Ibrahima DIAGNE

Ousmane Wade il y a 16 jours - @Actualité

0

« Ce que nous attendons du juge dans un contexte où le peuple sénégalais semble être perdu », Par Ibrahima DIAGNE
Dans le cadre de la conquête démocratique, le Sénégal a franchi d’énormes pas à la suite de multiples combats qui ont failli faire basculer le pays. Mais grâce à la lucidité et la clairvoyance des acteurs parmi lesquels la justice, notre pays a tenu bon, ce qui lui vaut la qualité de modèle de démocratie en Afrique francophone.

Depuis quelque temps, le Sénégal connait des perturbations qui engendrent des fois plusieurs pertes humaines et des dégâts matériels qui ne sont pas sans effet sur sa marche vers le développement. Les principales causes de ce phénomène ne sont-elles pas à rechercher dans le fonctionnement de la démocratie, donc au sein du peuple.

Il est à noter que la citoyenneté donne à chacun le pouvoir de décider, mais ne lui donne pas toujours la connaissance des problèmes. Or, le citoyen connait les problèmes à travers essentiellement les explications et les solutions proposées par la classe politique et que répandent les médias. La classe politique a ainsi tendance à faire des offres politiques démagogiques, ce qui constitue un danger pour la démocratie qui peut facilement basculer vers la démagogie.

En effet, le simple citoyen est fondé à préférer des solutions miracles à celles toujours plus désagréables, de la simple vérité. Cette dernière solution réside autant dans les faits et les chiffres que dans le sentiment populaire. Le peuple dans sa majorité n’est-il pas alors souvent dans l’erreur. En tout cas au Sénégal, le peuple semble trompé et surtout terrorisé, ce qui semble impacter négativement la réflexion et le débat pour finalement installer une sorte de pensée unique.

Force est de noter que selon le contexte, les enjeux et surtout les intérêts du moment, certains diront que les juges sont corrompus, d’autres qu’ils sont offensés et trainés dans la boue, uniquement pour les écarter de leur mission principale qui est de dire le droit uniquement le droit.

Dans ce contexte, nous invitons la justice à refuser toute forme d’influence de quelque bord qu’il puisse provenir, à dire le droit au nom de l’intérêt supérieur de la nation et de la République ; les autres acteurs de la vie politique, sociale et économique d’engager un dialogue franc et constructif pour redonner au Sénégal la place qui est la sienne dans le concert des nations.

Dans le cadre de la gestion de la situation tendue que vit notre cher Sénégal, nous osons espérer que les juges ne feront pas moins que leurs ainés : Maitre Babacar SEYE, mort sur le champ d’honneur et Le Juge KEBA MBAYE.

Ibrahima DIAGNE, Inspecteur de l’Education,
Ministère de l’Education nationale