Le Monde.fr

Casino : l’ascension et la chute du système Naouri

Le Groupe Casino est entré en procédure de conciliation afin de négocier avec ses créanciers. L’empire de Jean-Charles Naouri s’est retrouvé au fil des années étouffé par sa dette et acculé par ses difficultés opérationnelles.

Casino : l’ascension et la chute du système Naouri

il y a 6 jours - @Actualité

0

A Nantes, le 10 mai 2023.

Un cataclysme pour le Groupe Casino (Monoprix, Franprix, Cdiscount…) et ses 208 000 collaborateurs. Le groupe a annoncé, vendredi 26 mai, que le président du tribunal de commerce de Paris avait décidé la veille l’ouverture d’une conciliation à son bénéfice et celui de certaines de ses filiales. « Cette procédure a pour objectif de permettre au Groupe Casino d’engager des discussions avec ses créanciers dans un cadre juridiquement sécurisé », a précisé le distributeur.

Me Aurélia Perdereau et Me Marc Sénéchal sont nommés conciliateurs. Réduire l’endettement, qui atteint 6,4 milliards d’euros, est un préalable indispensable pour renflouer le groupe. En parallèle, des discussions sont en cours avec des repreneurs. Rallye, la maison mère de Casino, fait également l’objet d’une conciliation depuis le 22 mai.

En parallèle, ce même vendredi, le Groupe Casino a étendu son partenariat déjà existant dans les achats avec le groupement Intermarché, dirigé par Thierry Cotillard. Les Mousquetaires se sont engagés à apporter 100 millions d’euros d’investissement en fonds propres à la société en difficulté et à racheter directement des magasins du groupe qui représentent au moins 1,05 milliard d’euros de chiffre d’affaires, soit un peu plus de 15 % de l’activité de Casino en hyper et supermarché.

Pour ajouter l’article à vos sélections
identifiez-vous
S’inscrire gratuitement
Vous possédez déjà un compte ?
Se connecter

La blessure infligée le 17 décembre 2015, jour de la publication d’une analyse financière au vitriol contre Casino, s’est donc révélée mortelle. Alors que l’action avait coté plus de 97 euros en juillet 2014, le spéculateur américain Muddy Waters estimait sa « vraie » valeur à 6,91 euros. Une folie, pensait-on à Paris. Mais certaines coïncidences donnent le vertige. L’action Casino a été suspendue, lundi 22 mai 2023, à 6,76 euros. La capitalisation boursière du fleuron tricolore est ainsi passée de 5,66 milliards d’euros, juste avant le brûlot de Muddy Waters, à 733 millions d’euros…

Pourtant, Jean-Charles Naouri, le père de la modernisation des marchés financiers en France, semblait avoir réussi le plus dur : sa conversion en épicier hors pair. C’est en effet par hasard que le défroqué de « Rivoli » − comme on appelait alors le ministère des finances − a investi le secteur de la distribution. Soutenu par David de Rothschild, l’énarque et inspecteur des finances crée Euris en 1987 afin de réaliser des coups boursiers. En 1991, il reprend Rallye, l’enseigne bretonne en grande difficulté. Il apporte dans la foulée le distributeur à Casino, dans le giron de la famille Guichard, en échange d’une part au capital.

Il vous reste 63.67% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.